MIL SPEC 810G Haute température

La procédure I (stockage) expose l’appareil à des températures élevées lorsqu’il est éteint ; son but est de tester la durabilité des matériaux physiques qui composent l’appareil.
La procédure II (fonctionnement) concerne la façon dont l’appareil supporte la chaleur lorsqu’il est allumé et utilisé. La procédure II comprend deux parties :

  • Les tests d’exposition constante sont généralement réservés aux appareils qui sont censés être à proximité permanente d’une source de chaleur artificielle.
  • Les tests d’exposition cyclique sont plus indicatifs des conditions réelles. La plage de températures utilisée dans un test cyclique opérationnel est de 30 degrés Celsius (86 degrés Fahrenheit) à plus de 49 degrés C (120 degrés F). La température doit passer d’un extrême à l’autre au moins trois fois en vérifiant que l’appareil continue de fonctionner correctement à chaque point du test.

La procédure III (de veille tactique à mise en service) permet de mesurer le fonctionnement de l’appareil à des températures opérationnelles après avoir été exposé à des températures de stockage élevées.

MIL SPEC 810G Basse température

La procédure I (stockage) expose l’appareil à des températures basses lorsqu’il est éteint ; son but est de tester la durabilité des matériaux physiques qui composent l’appareil.
La procédure II (fonctionnement) consiste à tester en refroidissant lentement l’appareil à une température basse dans la plage appropriée et en le gardant à cette température pendant au moins deux heures et en vérifiant visuellement qu’il fonctionne toujours pendant ce temps.
La procédure III (manipulation) examine la facilité avec laquelle l’appareil peut être assemblé et désassemblé avec des vêtements d’hiver épais.

Visibilité au soleil

La capacité de voir votre écran en plein soleil. Les techniques utilisées par les fabricants varient d’une marque à l’autre. Ces techniques peuvent inclure des panneaux LCD plus lumineux et la liaison des couches pour réduire les reflets et les réflexions tout en augmentant la visibilité.

IPXX

La norme internationale CEI 60529 classifie les degrés de protection contre l’intrusion d’objets solides (y compris les parties du corps comme les mains et les doigts), la poussière, les contacts accidentels et l’eau dans les boîtiers électriques. Cette norme vise à fournir aux utilisateurs des informations plus détaillées que les termes vagues du marketing tels que « étanche ». IP65 signifie Protégé contre la pénétration totale de poussière et Protégé contre les jets d’eau à basse pression de n’importe quelle direction.

IP 6 8
 « Protection contre la pénétration » Premier chiffre : Protection contre les solides Deuxième chiffre : Protection contre les liquides

MIL SPEC 810G Poussière/Sable

La procédure I (soufflage de poussière) teste la pénétration des nanoparticules de poussière inférieures à 150 micromètres (μm) à une concentration moyenne de 10,6 grains par mètre cube (0,3 grain par pied cube). L’appareil est maintenu pendant au moins six heures à une température ambiante standard, en le faisant tourner pour exposer tous les cotés. La température de fonctionnement est ensuite augmentée, la vitesse du vent est réduite, la poussière est arrêtée et l’appareil est testé pendant 6 heures après, en le faisant tourner si nécessaire.
La procédure II (soufflage de sable) teste la pénétration des nanoparticules de 150 μm à 850 μm avec un vent beaucoup plus fort – de 18 à 29 mètres/sec (40-65 mph). La concentration du sable varie considérablement en fonction de l’environnement ciblé – le maximum simule la proximité d’un avion, par exemple. Le test dure 90 minutes pour chaque côté de l’appareil ; le sable et le vent sont arrêtés temporairement pour faire tourner l’appareil en toute sécurité.

MIL SPEC 810G Chute

Le test de chute MIL-STD-810G est également appelé un test de « choc » dans certains documents. Ces tests sont conçus pour mesurer la durabilité des appareils pendant le chargement/déchargement et le transport. Le test de chute consiste à tester la résistance au choc de toute les parties de l’appareil : tous les côtés, les bords et les coins. Au total, 26 chutes à environ 1 mètre de hauteur (téléphones, ordinateurs portables) sont nécessaires pour compléter le test de chute. Après chaque chute, l’appareil est inspecté pour vérifier qu’il n’est pas endommagé.

La surface de chute est constituée de deux pouces de contreplaqué (sur du béton) ; parce que c’est la surface la plus probable sur laquelle les objets risquent de tomber dans le contexte du transport militaire. Dans le monde réel, cela peut être différent car les gens sont plus susceptibles de se trouver sur du béton, du métal ou du marbre que sur du contreplaqué.

ANSI

L’institut « American National Standards Institute (ANSI) » révise les normes de sécurité, y compris celles pour les emplacements dangereux, tous les cinq ans. En juillet 2012, la norme UL 1604 – Appareil électrique destiné à être utilisé dans des emplacements dangereux de classe I et II, division 2 – a été retirée en tant que norme ANSI approuvée pour une utilisation aux États-Unis. La norme UL1604 a été remplacée par la norme ISA 12.12.01-2000, qui a des exigences très similaires à celles de la norme UL1604 – Emplacements dangereux de classe 1, division 2.

La certification ANSI 12.12.01-2000 – Emplacements dangereux permet d’utiliser des appareils dans des environnements potentiellement explosifs dans les secteurs du pétrole et du gaz, de la pétrochimie, de l’aviation et d’autres industries. Les modèles homologués ANSI 12.12.01-2000 – Emplacements dangereux sont disponibles pour une utilisation dans des environnements de classe I, division 2, groupes A, B, C et D. Ceux-ci sont définis comme des endroits où des gaz, des vapeurs et des liquides inflammables sont présents dans des conditions anormales ou d’accident.

Les tablettes DURABOOK U11I, R11, R11L et l’ordinateur portable Z14I peuvent être configurés pour fournir des solutions sûres et fiables sans risque d’étincelle.

ATEX

ATEX tire son nom du titre français de la directive 94/9/CE : Appareils destinés à être utilisés en ATmosphères EXplosives. Il s’agit d’une directive du Comité européen de normalisation de l’Union européenne qui couvre « les appareils et les systèmes de protection destinés à être utilisés dans des atmosphères potentiellement explosives ».

Tous les appareils et les systèmes de protection destinés à ce type d’utilisation dans l’UE doivent répondre aux exigences ATEX en matière de santé et de sécurité. Pour les appareils destinés à être utilisés dans certaines atmosphères potentiellement explosives moins dangereuses, les fabricants peuvent auto-certifier leurs appareils. La directive ATEX couvre les explosions des gaz ainsi que des poussières solides (qui, contrairement à la perception, peuvent conduire à des explosions dangereuses).

Danger – Gaz/vapeurs/brouillard :
Zone 0
– Emplacement où une atmosphère explosive consistant en un mélange avec l’air de substances inflammables sous forme de gaz, de vapeur ou de brouillard est présente en permanence, pendant de longues périodes ou fréquemment.
Zone 1 – Emplacement où une atmosphère explosive consistant en un mélange avec l’air de substances inflammables sous forme de gaz, de vapeur ou de brouillard est susceptible de se présenter occasionnellement en fonctionnement normal.
Zone 2 – Emplacement où une atmosphère explosive consistant en un mélange avec l’air de substances inflammables sous forme de gaz, de vapeur ou de brouillard n’est pas susceptible de se présenter en fonctionnement normal ou, si elle se présente néanmoins, elle n’est que de courte durée.

Danger – Poudre/poussière :
Zone 20
– Emplacement où une atmosphère explosive sous forme de nuage de poussières combustibles est présente dans l’air en permanence, pendant de longues périodes ou fréquemment.
Zone 21 – Emplacement où une atmosphère explosive sous forme de nuage de poussières combustibles est susceptible de se présenter occasionnellement en fonctionnement normal.
Zone 22 – Emplacement où une atmosphère explosive sous forme de nuage de poussières combustibles n’est pas susceptible de se présenter en fonctionnement normal, ou, si elle se présente néanmoins, elle n’est que de courte durée.

Batterie de passerelle

  • La batterie de passerelle est conçue pour être échangeable à chaud ; vous pouvez remplacer la source d’alimentation sans arrêter ou éteindre le système. La batterie de passerelle donne aux utilisateurs quelques minutes (en fonction de sa capacité) pour échanger à chaud les batteries et obtenir des performances de travail illimitées.

Bitlocker

  • BitLocker est le programme de chiffrement propriétaire de Microsoft pour Windows facile à utiliser et pouvant chiffrer l’ensemble de votre disque dur et vous aider à vous protéger contre les modifications non autorisées de votre système, telles que les logiciels malveillants de firmware.
  • Pour utiliser BitLocker, vous devez disposer d’un PC Windows avec l’un des systèmes d’exploitation indiqués ci-dessus, ainsi que d’un disque de stockage comportant avec au moins deux partitions et un module de plate-forme de confiance (TPM).

CAC & Carte à puce

  • La CAC, une carte à puce « intelligente » de la taille d’une carte de crédit, est l’identification standard du personnel en uniforme du service actif, de la réserve sélectionnée, des employés civils du DoD et du personnel contractuel éligible. C’est également la principale carte utilisée pour permettre l’accès physique aux bâtiments et aux espaces contrôlés ; elle donne aussi accès au réseau et aux systèmes informatiques du DoD.
  • Avantages de la carte à puce, de la CAC et de PIV
  • Authentification. L’objectif fondamental est de permettre aux utilisateurs de prouver leur identité.
  • Confidentialité. Le certificat peut être utilisé avec une cryptographie asymétrique pour garantir la confidentialité des données.
  • Intégrité. Le certificat peut également être utilisé avec des signatures numériques et assurer l’intégrité du message.
  • Non-répudiation. En plus d’assurer l’intégrité, une signature numérique assure également l’intégrité.

Test Dangers causés aux munitions par le rayonnement électromagnétique (HERO)

  • Le test HERO est utilisé pour déterminer que les marges de sécurité des munitions requises sont respectées lorsque l’unité testée est exposée à des niveaux élevés de champs électriques conformément à la norme MIL-STD-464.
  • Les niveaux « non restreints » sont destinés aux munitions lancées par des navires qui traversent le faisceau principal des émetteurs dans la bande de fréquences de 2,7 GHz à 3,6 GHz et atteignant des champs de crête de 27 460 V/m. Pour toutes les autres munitions, le niveau de champ de crête non restreint dans cette bande de fréquences est réduit à 12 667 V/m, avec un niveau moyen de 1 553 V/m.
  • Les Niveaux « Restreint » sont destinés aux zones de munitions où le personnel peut être présent, telles que les zones de montage/démontage et de chargement/déchargement. Pour qu’un fabricant de munitions puisse obtenir une certification « MUNITION DE SÉCURITÉ HERO » au niveau de la fabrication ou de l’assemblage, la munition doit être évaluée en fonction de ces niveaux d’essai.

FIPS 140-2

  • Le Federal Information Processing Standard 140-2 (FIPS 140-2) est une norme de sécurité co-sponsorisée par les États-Unis et le Canada pour les solutions matérielles, logicielles et firmware. Dans le domaine de l’achat du gouvernement américain, toutes les solutions qui utilisent la cryptographie doivent passer la validation FIPS 140-2 pour garantir aux utilisateurs finaux un haut degré de sécurité, d’assurance et de fiabilité.
  • Les organisations utilisent la norme FIPS 140-2 pour s’assurer que le matériel sélectionné répond à des exigences de sécurité spécifiques. La norme FIPS définit quatre niveaux de sécurité qualitatifs progressifs :
Niveau 1 Nécessite un équipement de niveau production et des algorithmes testés extérieurement.
Niveau 2 Ajoute des exigences en matière de preuve de violation physique et d’authentification basée sur le rôle. Les implémentations logicielles doivent fonctionner sur un système d’exploitation approuvé selon des critères communs à l’EAL2.
Niveau 3 Ajoute des exigences en matière d’inviolabilité physique et d’authentification basée sur l’identité. Il doit également y avoir une séparation physique ou logique entre les interfaces par lesquelles les « paramètres de sécurité critiques » entrent et sortent du module. Les clés privées ne peuvent entrer ou sortir que sous forme cryptée.
Niveau 4 Ce niveau rend les exigences de sécurité physique plus strictes, exigeant la possibilité d’être inviolable, en effaçant le contenu de l’appareil s’il détecte diverses formes d’attaque.

MIL-STD-461

  • MIL-STD-461 est la norme qui définit les limites de test, les niveaux de test et la procédure de test pour divers phénomènes électromagnétiques pour les équipements électroniques utilisés par l’armée, la marine et l’armée de l’air américaines sur toutes les plateformes (terrestres, maritimes et aériennes). La norme MIL-STD-461G est la dernière version en date.
  • Cette norme est plus adaptée aux équipements montés sur une table ou sur pied, avec un courant d’entrée inférieur à 200 ampères. Elle n’est pas couramment utilisée pour les éléments tels que les composants et les modules indépendants situés à l’intérieur de boîtiers électroniques, ni pour les plates-formes entières telles que les avions ou les sous-marins.

MIL-STG-810G

  • La norme MIL-STD-810G est une série de tests conçus par l’armée américaine pour tester les limites de ses équipements dans diverses conditions où ils sont censés être utilisés (environnement) ou transportés (chocs). Les tests varient en fonction de la nature, de la taille et du poids des équipements testés.
  • Les tests environnementaux les plus courants sont les suivants :
    • Haute/basse température
    • Chute en transit (choc)
    • Résistance à l’humidité
    • Les normes de test varient en fonction du positionnement des appareils robustes. (semi ou entièrement robustes)

Classement NIT

  • Nits est une mesure de la lumière que l’écran de télévision envoie vers vos yeux (luminance) dans une zone donnée. Sur un plan plus technique, un NIT est une quantité de lumière émise égale à une candela par mètre carré (cd/m2 – une mesure standardisée de l’intensité lumineuse). Une valeur plus élevée signifie un affichage plus lumineux. Les écrans des ordinateurs portables et des appareils mobiles ont généralement une luminosité moyenne comprise entre 200 et 300 nits.
  • Pour afficher une image similaire, un écran à l’extérieur doit être d’au moins 400 nits ; de plus, il doit être d’au moins 700 nits pour apparaître brillant et lisible en plein soleil.
  • « C’est un peu la course avec les spécifications en ce moment. Il n’y a pas une grande différence démontrable entre 700 nits et 2 000 nits. Il n’y a pas de rapport direct. 2 000 nits n’est pas trois fois plus lumineux que 700 nits, déclare Tom Dixon, vice-président du marketing de SunBrite TV. « La différence spectaculaire se situe entre 400 et 700 nits. »

Robuste

  • Les appareils entièrement robustes sont conçus et testés pour fonctionner à des températures extrêmes, pour résister aux chutes, aux chocs et aux vibrations et pour être étanches à la poussière et à l’eau.
  • Un ordinateur portable robuste est conçu pour fonctionner de manière fiable dans des environnements et des conditions poussiéreuses ou humides. Ces ordinateurs portables ont généralement un boîtier plus épais et plus solide que les ordinateurs portables ordinaires. Ces ordinateurs portables robustes sont principalement utilisés à des fins industrielles, dans la construction et dans le domaine militaire. Un ordinateur portable robuste est également capable de répondre à d’autres exigences importantes telles que des performances élevées et une sécurité de niveau gouvernemental. Les ordinateurs portables robustes sont conçus pour être mobiles, ils sont résistants aux vibrations, aux chocs, aux chutes, à la poussière et à l’eau.
  • Les appareils robustes sont généralement certifiés IP65 et Mil Std 810.

SED

  • Un SED (Self Encrypting Drive – Lecteur à cryptage automatique) est un disque dur (HDD) ou un lecteur à état solide (SSD) dans lequel un circuit de cryptage a été intégré. Il crypte toutes les données écrites sur le disque de manière transparente et, lorsqu’il est déverrouillé, décrypte toutes les données lues sur le disque de manière transparente.
  • Ce processus de cryptage est réalisé grâce à l’utilisation d’une clé de cryptage des données (DEK) unique et aléatoire que le lecteur utilise pour crypter et décrypter les données. Chaque fois que des données sont écrites sur le disque, elles sont cryptées en utilisant la clé DEK. De même, lorsque des données sont lues sur le disque, elles sont d’abord décryptées avec la même clé DEK avant d’être envoyées au reste du système.

Semi-robuste

  • Les appareils semi-robustes, qui sont de plus en plus souvent désignés par les spécialistes du marketing comme des appareils robustes pour le commerce, sont généralement des versions améliorées des appareils commerciaux disponibles sur le marché (COTS). Les composants sont les mêmes, mais ils sont mieux protégés. Par exemple, un ordinateur portable semi-robuste peut avoir un boîtier plus épais, un disque dur protégé par du gel et un clavier résistant aux éclaboussures.
  • Le semi-robuste peut avoir un étui de protection, un boîtier résistant à la pluie.
  • Les appareils semi-robustes sont généralement certifiés IP5x et Mil Std 810.
  • Contrairement aux ordinateurs portables entièrement robustes, les ordinateurs portables semi robustes sont sensibles à une diminution des performances en cas de températures extrêmes, ou d’écrans gelés à des températures glaciales.

SWaP-C

  • Le marché de la défense et de l’aérospatiale continue de faire pression pour réduire la taille, le poids, la puissance et le coût (SWaP-C) pour supporter des charges de capteurs et de systèmes vetroniques avancés sur des plates-formes sans personnel. La réduction révolutionnaire du SWaP-C pour les systèmes de processeur et de commutation de réseau permet aux plates-formes UAS (système d’avion sans pilote) et UGV (véhicule terrestre sans pilote) d’étendre leurs capacités de mission.
  • La nécessité de réduire toujours plus les SWaP découle en grande partie de l’équilibre entre la petite taille des nombreuses plates-formes sans pilote et la quantité d’électronique de charge qui doit être installée sur ces plates-formes.

Dites-nous comment nous pouvons vous aider